Philologie d'Orient et d'Occident

24 avril 2017

Pour l'Amour du Fil

Philologie d'Orient et d'Occident (375)

                                         Le 25/04/2017   Tokyo,  K.

Misao Wada, poète artiste d'appliqué, au 9e salon international

Pour l'Amour du Fil à Nantes

IMG_0034

Photo: Hitoshi Wada

 

   L'auteur de ce billet, résidant normalement à Tokyo, séjourne depuis le 16 avril, à Nantes. La ville de Jules Verne et de Julien Gracq (La Forme d'une ville) est, en ce moment, comme toutes les grandes villes de France, en pleine ferveur politique. Avant que ce billet soit publié sur Internet, on aura su l'issue du premier tour des présidentielles qui décidera du sort de l'Europe (On vient de la savoir).

   J'accompagne Hitoshi Wada et son épouse Misao, illustratrice de mon blog. Peu frottés de la langue de l'Hexagone, tous deux sont originaires de Takayama, vieille ville blottie dans les Alpes japonaises. Misao doit assurer à Nantes un atelier d'appliqué au neuvième Salon international des arts: Pour l'Amour du Fil. À l'occasion, elle fête son premier recueil publié: Poésie cousue (Quiltmania 03, 2017).

   Dans son livre assez original figurent des photos de ses œuvres d'art en chutes de tissus anciens dont huit sont flanquées de waka. Les waka sont de courts poèmes en japonais de 31 syllabes rythmées: 5-7-5-7-7. Le haiku rimé en 5-7-5 en est issu. L'artiste excelle dans cet art depuis sa jeunesse. Ses waka font état, sinon mieux mais autant, de la qualité exceptionnelle d'une âme poétique.

   J'essaie de traduire ces waka pour le public non initié à la langue japonaise. La totalité des waka cités est présentée en calligraphie, c'est-à-dire, disposée à la verticale, sobrement.

   Dans ma présentation, chaque waka dispose d'un texte japonais en typographie standard, d'une transcription en caractères latins, et enfin d'une traduction en français.

    - - - - - -

1) 月仰ぎ ホテルへの道 疲れしか 回転木馬も 広場に眠る

  Tsuki-aogi  hoteru-e-no michi  tsukareshi-ka  kaitenmokuba-mo hiroba-ni nemuru

Sous la lune, retour à l'hôtel. Fourbus, les chevaux du manège s'assoupissent Place de la République. (il s'agit de la place de la République à Limoges)

 

2) マロニエの 花が突然 雨にぬれ ナントの空は 感情持つがに

  maronie-no  hana-ga totsuzen  ame-ni nure  nanto-no sora-wa  kanjou motsu-ga-ni

Les marronniers en fleur essuient une averse, comme si le ciel de Nantes en avait l'intention. 

 

3) 師もガウディも 「自然が教師」と教えたり いつも頭に 置くことばなり

   shi-mo gaudi-mo "sizen-ga kyôshi" to oshietari  itsumo atama-ni oku kotoba-nari

 Mon maître et Gaudi ont déclaré: le maître, c'est la Nature. La devise est toujours dans ma tête.

 

4) 悲しみを でんでん虫は 背負いつつ 生きてゐるのだと 南吉は言ふ

  kanashimi-o  dendenmushi-wa  seoi-tsutsu  ikite-wirunoda-to  Nankichi-wa ifu

Une tristesse sur le dos, les escargots sont en vie, affirme Père Nankichi.

 

5) 老い父が 「のら」と名付けし 野良猫は 気ままに来ては 餌ねだりゆく

  oi-chichi-ga "nora"-to nazukeshi noraneko-wa  kimama-ni kite-wa esa nedari-yuku

 Nommé par Pépé, Nora ("Des Champs"), le chat des champs vient tout à loisir chercher de quoi manger.

 

6) 子孫繁栄の シンボルといふ 石榴ゆゑ 茶碗に描く 陶房に来て

  shison-han'ei-no sinboru-to ifu zakuro-yuwe  chawan-ni egaku toubou-ni-kite

À l'atelier de poterie, je dessine sur une tasse de thé une grenade, symbole de descendance prospère.

 

7) 荒々しきタッチの 白き壺を買ふ オールドローズの 似合ふと思ひて

  ara-arashiki-tacchi-no shiroki-tsubo-wo kafu  ôrudo rôzu-no niau-to omofi-te

Je m'achète un pot blanc au toucher rugueux, l'estimant en harmonie avec les roses anglaises.

 

8) さわさわと葉のスクラムに風渡り 伝言ゲームのような蓮沼

  sawasawa-to ha-no sukuramu-ni kaze watari  dengon-gêmu-no-youna hasunuma

Frou-frou, un vent passe sur les feuilles superposées comme le jeu de messages transmis: mare aux lotus.    (Traduction: K.)

 


11 avril 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (fin)

Philologie d'Orient et d'Occident (374)

                                         Le 11/04/2017    Tokyo   K.

Note complémentaire sur le mot berrichon biaude (= blouse)

 Suite aux quatre mots dialectaux de Bardèche

DSC_0344

Sole par Misao Wada (cousu main)

 

   J'ai un peu mal à m'éloigner de ce thème de Bardèche "biaude (= blouse)", car c'est un bon échantillon de vocabulaire, constitué de divers éléments éventuels: méditerranéen, germanique ou celtique, susceptibles de rendre compte d'une longue et tortueuse histoire: la langue française. Entre-temps, j'ai eu le plaisir de recevoir, par l'intermédiaire d’un lecteur (Henri Habrias), des informations sur le celtique «blautha» censé être une origine de l'occitan blauda (= blouse; soutane).

   M. Habrias, excellent blogueur en occitan, est diplômé de l’université de Poitiers, spécialiste d’Informatique à l’université de Nantes, originaire de Saint-Yrieix-la-Perche en Limousin. Il nous a transmis au sujet du vêtement les propos de Yves Lavalade (cf. billet 373), que nous reproduisons intégralement en trois paragraphes pour faciliter le commentaire:

 1)  «A propos de la BLAUDA (on dit aussi BELOSA, en Corrèze; mais ce terme me paraît bien moins intéressant que le précédent) : j'ai pu remonter la piste, qui est bien lointaine. J'avais trouvé l'information dans un tome 3, consacré à la Langue des Celtes et des Gaulois, p. 54, d'une édition faite par le Centre Régional de Documentation Pédagogique de Paris; 2e édition, de 1985; auteur Jean-M. Ricolfis [1927-2007]».

2)  «Si "blautha" est fondé, le limousin est dans la droite ligne et d'une clarté limpide. Le mot BLAUDA est (était) très familier. On l'emploie aussi en dérivés : BLAUDON, BLAUDASSA. La BLAUDA est la toile sous le manteau d'une cheminée qui empêche efficacement la fumée de se répandre dans la pièce, la cuisine (LA MAISON)».

3)  «Il y a encore peu d'années, l'on voyait à Limoges, aux restaurants populaires des Halles (L'ALA) un accordéoniste qui jouait pour son seul plaisir (et celui des convives) des bourrées et autres airs limousins. Il portait une BLAUDA bleu clair nouée autour du cou, foulard rouge et chapeau. On lui donnait quelque pièce. La BLAUDA n'était portée que par les hommes, lors des jours de foire ou pour aller à l'extérieur. Un correspondant du Croissant la dit "biaude", comme dans le reste du Berry; où l'homme au travail ne la portait pas, mais la remplaçait par un "bourgeron", veste en gros velours côtelé, épais, ne craignant rien, ni l'eau ni la terre

    Note 1. Ni la phonétique ni la grammaire du celte (ou gaulois) ne sont suffisamment claires, faute d'assez de documents épigraphiques. La piste que Yves Lavalade aurait pu y trouver reste une hypothèse, d'autant que l'ouvrage de référence n'aurait pas été publié par une maison d'édition à comité scientifique.

   Note 2. La forme "blautha (= blouse)" n'est attestée dans aucune des inscriptions en celtique, quoique le phonème -θ(th)- y soit bien possible (cf. Pierre-Yves Lambert: La Langue gauloise, éditions errance, 1995, p. 132. Ce livre peut remplacer Georges Dottin: La Langue gauloise, 1920).

   La blauda pare-fumée dont parle Yves Lavalade rappelle la blouse contre l'asphyxie, inventée en 1834, par le colonel Paulin (Larousse du XIXe siècle, s.v. blouse). L'épaisseur originelle de la toile de protection en ferait état.

   Note 3. Pour l'anecdote, lors d'un séjour à Limoges, l'auteur de ce billet a bien vu et entendu cet accordéoniste en blouse.

   Tout élément de vocabulaire, même futile, dialectal ou vieilli, exprime une culture. Toute curiosité philologique nous emmène au cœur de la civilisation. À la suite de mes billets sur "blouse", Patrick Corneau (cf. billet 369) m'a fait parvenir ce propos.

   Je viens de lire tes derniers billets sur quatre mots dialectaux dont "blouse", enquête fort intéressante. Cela m'a rappelé l'emploi d'un mot dans ma famille, plutôt du côté paternel, qui m'a toujours étonné : le mot "belou" pour désigner un être simple, même simplet, rustre, mal dégrossi, équivalent de "paysan" au sens péjoratif (emploi rare, aujourd'hui on dirait plutôt "plouc"). Ce serait un mot plutôt en usage dans le Poitou, je ne sais si c'est du dialectal, du patois... J'ai consulté sur Internet des forums, peu convaincants, une seule allégation m'a retenue: quelqu'un disait que Belou (Beulou) désigne un habitant du département des Deux-Sèvres (et c'est assez péjoratif). Quelqu'un dit l'avoir trouvé dans un roman de Anna Gavalda (Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, Ed. Le Dilettante, 1999): "Les Normands sont comme tous les belous, les idées, là-haut, une fois que c'est gravé..." (il s'agit d'une jeune vétérinaire qui s'installe en Normandie). (...).

   Auriez-vous, chers lecteurs, quelques lumières là-dessus?   (Fin pour "biaude")

28 mars 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (7)

Philologie d'Orient et d'Occident (373)   Le 28/03/2017   Tokyo  K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (7)

D'où vient le mot biaude (= blouse)? (4)

Le point de rencontre entre blouse ludique et blouse vestimentaire

            « Tout vocabulaire exprime une civilisation » - Antoine Meillet

blouse grise

«Voici la blouse de mon père. Je l'ai toujours vu avec une blouse. Comme celles que nous avions au lycée.» - Henri Habrias -

 

   Sur les quatre mots dialectaux de Bardèche: comporte, cargolade, ouillade et biaude (cf. billet 367), l'explication des trois premiers n'a pas été difficile. Pour comporte "cuve de bois qui sert à porter la vendange", la dérivation du verbe lat. comportare "porter ensemble" est bien visible. Il en va de même de ouillade "soupe aux légumes", qui ne fait aucun doute pour sa provenance du lat. olla "jarre, marmite". Cargolade hésite entre fr. escargot et occitans caragòl cargòl "gros escargot" ou catalan cargol "escargot". 

   Quoique le mot (es)cargo(t) présente une complexité étymologique (amalgame [gr. kachlax "caillou" + lat. conchylium "coquillage"] + scarabaeus "escarbot" cf. billet 369), comporte, ouillade et cargolade ressortissent tous à la civilisation méditerranéenne.

   Le mot biaude (= blouse) a été rétif à nos enquêtes. Quant au celtique blautha cité par Yves Lavalade (cf. billet 372) pour l'occitan blauda "blouse", Jean-Pierre Levet dit : «dans aucun de mes dictionnaires de celtique n'est mentionné le terme [blautha], pas même dans le livre récent de Jean-Paul Savignac (Dictionnaire français-gaulois Paris, Éditions de la Différence, 2014, 2e éd.), qui n'a pas d'entrée "blouse"».

    Peu compatible avec les vieilles formes d'oïl et d'oc: bliaut(d) (DFMM), blial "habillement de soie" (K. Bartsch, Chrestomathie provençale, 1904), blizaut, brizaut (L. Alibert) avec bli- préfixal, blautha va un peu trop bien avec l'occitan: blauda, blòda, et le gascon blàudo, blouse, belouse (notation Simin Palay). En gascon, l'adjectif blause signifie "livide, blême" et blous,-se (notation S. Palay) "pur, sans mélange". On ignore si le germanique blau,-e "bleu" ou le bloß "pur, nu" avait quelque rapport avec blouse (le costume).

   Voici les faits marquants du mot biaude "blouse-costume".

   1) L'ancienne forme aurait été bliau- (non pas biau-), signifiant "costume bouffant plutôt aristocratique que populaire". Conjointement aurait existé, surtout dans le sud, blau-(ou blò-, selon le système de notation) sans palatalisation, qui s'est perpétué, avec le sens de "vêtement populaire", jusqu'à l'époque moderne.

   2) Bliaut(d) se raffine, change de signifié (en justaucorps ou autre) ou se vulgarise (dialectes: blia-, biau-, brisau-, bisau-) tout en conservant son sens vestimentaire.

   3)  Dès le XVIe siècle, un nouveau sens "trou d'un billard" est attribué non pas à une de ces formes palatalisées qui se froissaient de vieillesse mais à celle, pimpante et neuve, à cause de sa résonance méridionale: blouse "vêtement bouffant".

   Clément Lévy, né à Limoges, s'est bien demandé « si la blouse d'un billard n'est pas une poche en tissu qui se gonfle et prend la forme de la bille qui tombe dedans, comme la blouse vêtement justement quand on la resserre par une ceinture ou quand le tissu se gonfle sous l'effet d'un petit coup de vent » (cf. billet 372).

   À l'entrée blouse, Littré fait primer le sens de jeu de paume sur le "vêtement", ordre traditionnel depuis le XVIIe siècle. Pour la définition de blouse "trou en forme de poche d'un billard", il fournit deux autres: « terme de potier d’étain, pièce qui sert de moule» et « nom donné, dans les landes de Gascogne, à des cavités pleines d’eau recouvertes d’une voûte en sable que la moindre pression fait écrouler».

     La blouse des landes de Gascogne, cavité qui se défait à petits coups, est significative. La Poche qui se gonfle et le moule malléable rendraient compte de blouse trou et blouse vestimentaire qui auraient la même étymologie et la même connotation: poche dans laquelle on risque de tomber et où l'on joue à faire tomber les billes de billard, tout en étant un trou ou une manche dans laquelle on passe le bras. 

   Enfin on y voit un peu clair. Le peuple qui n'avait pas accès au jeu bourgeois a longtemps ignoré le sens de blouse (trou), alors qu'il pouvait se familiariser avec le verbe argotique blouser "faire tomber dans une poche, tromper", dérivé du jeu. Les bourgeois du nord, disposant d'autres formes pour la blouse costume, n'avaient pour blouse que le sens ludique. Les gens de la province ne connaissant que "blouse" comme costume, c'est seulement à la fin du XVIIIe siècle que le mot blouse (costume) est entré en usage dans les grandes villes du nord. (Fin pour biaude-blouse)

 

14 mars 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (6)

Philologie d'Orient et d'Occident (372)

                                                             Le 14/03/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (6)

D'où vient le mot biaude ? (3) - Blouse en limousin -

3915-med-img0455

Une image de "blouse" sur Internet à la rubrique "blouse de paysan"

 

   « Le problème étymologique de biaude [= blouse] est complexe », me dit Jean-Pierre Levet dans un message électronique concernant ce petit mot (cf. billet 370). En effet, il est curieux de constater que dans aucun des dictionnaires modernes à usage courant (sauf le Dictionnaire étymologique historique du français, Larousse, 1993, avec note: p. -ê. orig. germ. ou du lat. bullosa, gonflé, de bulla. - cf. billet 371) ne figure l'origine germanique.

   Le problème a deux dimensions: morphologique et sémantique. Morphologique: comment réconcilier la forme blouse avec ces diverses formes anciennes ou dialectales qui l'auraient précédée : bliaut(d), blisaud; anc. occ: blial, brial, bliant, blizaut, brizaut; occ: blauda(-do), enfin biaude, berrichon, fém. de bliaud ?

   Sémantique: il y avait au moins dans la zone de la langue d'oïl un autre sens de blouse: "trou d'un billard" qui, le jeu étant répandu seulement dès le XVIe s., n'aurait pas eu lien avec les anciennes formes médiévales signifiant vêtement.

     - - - - - -

   J.-P. Levet, agrégé de Grammaire, m'a fait parvenir un avis: « Ton enquête linguistique m'a passionné. Elle est très bien construite. Je ne connaissais pas "blouse" en tant que "trou dans un billard", en revanche je connais bien le dérivé verbal plutôt argotique "blouser", qui est d'usage populaire et courant. On dira, par exemple, "il a acheté une vieille voiture et il s'est fait blouser par le garagiste", pour dire "il s'est fait rouler, il s'est fait avoir par le garagiste" qui lui a vendu cher un mauvais véhicule. J'ai consulté le Littré: il donne deux mots "blouse" différents, l'un se rapportant au trou du billard, l'autre au vêtement qui nous intéresse. Il propose deux étymologies différentes. [...] » (le 22 / 02)

   Pour blouse(-trou) (belouse comme l'ancienne forme), Littré parle vaguement du bas lat. belosius "sorte de drap", tout en évoquant sans conviction le flamand bluts "trou" qui conviendrait pour le trou, mais ne rendrait pas compte de blouse (-costume).  

   Mon ami poursuit: « Pour ce second blouse, Littré renvoie à blaude, considéré comme un mot dialectal qui équivaut à blouse, dont il estime que l'origine est inconnue, alors que bliaut provient du germanique blialt "étoffe". Le terme est bien mystérieux, comme le montre l'ensemble de ta recherche. Le Cayrou [Gaston Cayrou, Lexique de la langue du XVIIe siècle, Didier 1948] ignore belouse [et blouse]. [...] »

   Clément Lévy, mon lecteur de blog à Berlin, agrégé de Lettres classiques, dit sur mon billet 371 qu'il lui pose différents petits problèmes. « Blouse est un vrai mystère pour moi. As-tu pensé aux deux verbes blouser ? Je me demande si la blouse d'un billard n'est pas une poche en tissu qui se gonfle et prend la forme de la bille qui tombe dedans, comme la blouse vêtement justement quand on la resserre par une ceinture ou quand le tissu se gonfle sous l'effet d'un petit coup de vent. » (le 22/02)

   Mes deux limiers s'arrêtent sur l'idée des deux verbes blouser: "bouffer à la taille" et "mettre dans le trou, tromper", l'un dérivé de blouse "vêtement bouffant", l'autre de blouse "trou d'un billard". Il est difficile de postuler un lien sémantique entre ces deux noms. Ce qui nous occupe est blouse vêtement. Les formes dialectales m'inclinent à penser que l'étymon de blouse vêtement était *bla(u)- (avec -l-) et non pas br(i)a- ni bia-.

   - - - - -

   Yves Lavalade (1939-) est spécialiste de l'occitan limousin, longtemps professeur au Gay-Lussac, successeur des grands linguistes occitans comme Louis Alibert, Joseph Anglade, Camille Chabaneau, Jules Ronjat... Je me souviens qu'il était dans l'auditoire très attentif lors de mes conférences sur la langue japonaise faites en février 1987 à l'universités de Limoges.

   Son Dictionnaire français-occitan (Pulim 1997) donne une entrée blouse (vêtement): f. la blauda; la belosa; la belusa (Dordogne); [...], alors que son Dictionnaire occitan-français - étymologies occitanes (Lucien Souny, 1999), non moins important que l'autre, pourvoit la forme blauda d'une étymologie celtique blautha (blouse).

   Dans le Dictionnaire français-occitan existe un seul verbe blouser: jugar (jouer), trompar (tromper), dérivé, comme il se doit, de blouse (trou). Le verbe n'aurait-il pas été introduit en Limousin avant l'introduction du substantif blouse (trou)? (À suivre)

28 février 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (5)

Philologie d'Orient et d'Occident (371)

                                         Le 28/02/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (5)

D'où vient le mot biaude (2)

À la mémoire du professeur Pierre Bec

DSC_0259

Pivoine sauvage par Misao Wada (cousu main)

 

   Dans les derniers billets (du 367 au 370), on a effleuré le caractère plutôt méridional des mots dialectaux (comporte, cargolade, ouillade et biaude). "Blos e naturau" (pur et naturel). Ce sont les mots avec lesquels, Pierre Bec (1921-2014), maître de langues occitanes, a bien voulu qualifier un texte que j'ai composé jadis pour en faire une petite nomenclature gasconne (Lo Gascon modèrne, Tokyo, Daigaku-shorin, 1988).

   L'adjectif occitan blos,-a [blus, -o] "pur, net, sans mélange", mis dans le dictionnaire occitan-français de Louis Alibert (IEO, 1966) et dans le dictionnaire du Béarnais et du Gascon de Simin Palay (en forme de blous, blousse;  CNR, 1961), vient du germanique bloß "nu, découvert". Dans le Palay, juste au-dessous de cet adjectif, figure un autre mot: blouse, belouse; « sf. - Blouse. Syn. chamarre , camisole, blàudo ». Dans l'Alibert, le substantif b(e)losa qui doit exister est absent.

   Presque tous les synonymes anciens ou dialectaux du mot biaude (cf. billet 370) se réfèrent au mot blouse. Définition de biaude selon le GDL: « (fém. de bliaud) Techn. et Trad. pop. Syn. de blouse.» Le dictionnaire analogique Robert (1976) définit bliaud; bliaut: « n.m. XIIe s. origine obscure. V. Blaude.» Selon le même Robert, Blaude: « n. f. (XVIe s.; origine obscure. Forme masculine. V. Bliaud.) Nom dialectal de la blouse.» Le GDL, pour blaude, a la même définition: « région. Syn. de blouse.» Tous ces mots d'origine obscure ont l'air rangés sur le même niveau sémantique.

    Or, ces formes dialectales biaude (oc. biauda), bliaut, bliaud, blaude (Gas. blàudo. Quer. blòda) ne semblent pas avoir prise génétique avec blouse, alors que le Dictionnaire étymologique et historique du français (Larousse, 1993) évoque pour blouse une vague provenance germanique.

   Quel lien existe-t-il entre le groupe archaïque ou régional: biaude, bliaut, blaude etc., et le substantif blouse ? Le mot japonais: brausu est emprunté à l'anglais blouse. Le SOED (Shorter Oxford English Dictionary) en date la première occurrence de 1828, tout en la tirant de la «blouse bleue» de l'ouvrier français. Quant au français blouse, le Robert (2e éd. 1988) note: « n.f. - 1788: origine obscure, mot régional. Le rapport avec blaude n'est pas établi; pour [le sémioticien Pierre] Guiraud, la variante belouse permet de rattacher le mot au lat. bullosa "en forme de bulle, gonflé, bouffant", de bulla. »

    L'hypothèse de Guiraud est peu convaincante. Peut-on attribuer au latin le mot qui daterait en français seulement de la Révolution ? Quelques dictionnaires classiques en ligne permettent d'accéder aux renseignements plus amples. Celui de l'Académie française (1694), épuration de la langue française, se prive, comme il se doit, des mots régionaux tels: biaude, bliaut ou blaude. Y figure blouse, qui signifie non pas "vêtement" mais "trou (qui est au coin et au côté de la table) d'un billard".

   Dans le dictionnaire de Furetière (1690): aucune entrée pour biaude, bliaut ou blaude, alors que blouse y signifie toujours "trou d'un billard". Dans le Trévoux (1771), le mot blouse est mieux expliqué: "trou d'un billard fait pour recevoir les billes qu'on y pousse". Blouse "trou d'un billard" aurait-il pu engendrer "vêtement"?

   Le Trévoux a bliaux: "sorte de juste-au-corps ancien". Ce mot peut avoir continué blïaut médiéval "tunique ajustée pour les hommes" (DFMM). La filiation n'est toujours pas visible entre les mots: biaude, bliaut, blaude (y compris plusieurs correspondants en occitan: cf. billet 370) et le groupe moderne blouse: esp. blusa, port. blusa [-ousa], roum. bluzǎ, ital. blùsa [bluza] (fr. blouse, di etim. incerta, selon le Zingarelli, 1988).

   La phrase en italien: blùsa bianca (< germ. blank) da chirurgo "blouse blanche de chirurgien" conduirait à l'antériorité de bla- à bia-, c'est-à-dire, à celle de blau- à biau-, alors que la graphie médiévale blïaut nous fait imaginer une contraction de bla(V)- ou blo(s)(i)-: [cf. (ci-)t vient de jacit; mes de fecimus; me de decima; mes de Nemaus- < Namaus-].

   La tentation est grande de rapprocher bl-, du germanique-occitan blau, blava "livide, bleu" ou bloß "nu, pur". Même après la bataille à Vouillé (au nord-ouest de Poitiers) en 507, le Sud-Ouest de la Gaule a été largement wisigothique. (À suivre)


14 février 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (4)

Philologie d'Orient et d'Occident (370)

                                         Le 14/02/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (4)

D'où vient le mot biaude? (1)

Au souvenir du vénérable père de J.-P. Levet

DSC_0261

Crête-de-coq par Misao Wada (cousu main)

 

   Dans le dernier billet 369, j'ai dit que l'étymologie était en réalité une science peu sûre, car ce qui semblait le sens originel (ou la forme originelle) d'un mot n'était souvent qu'une acception (ou une forme) dans une phase transitoire de l'évolution du mot. Les deux mots de formation similaire: "viande" et "cep" aïnou (ce "on"+ e "manger"+ pe "chose" = "poisson", cf. billet 192) auraient évolué de la même manière jusqu'à certain palier de l'échelon sémantique: "ce qui sert à vivre" > "nourriture" (> "viande" ou "poisson").

   Un schéma identique n'assure point un seul et même étymon aux deux mots: viande et cep. Dans certaines langues asiatiques, ce genre de confusion logique se rencontre dans des emprunts supposés au latin: aïnou yukram "poumon"< lat. jecur "foie";  jap. (p)hitsuji "mouton" < lat. pecus, pecudis "menu bétail, bête, mouton". Ce sont des hypothèses proposées par le linguiste excentrique Pierre Naert (cf. billets 195, 197).

   Dans l'indo-européen lui-même, aucune filiation n'est constatée entre lat. piscis et ἰχθῦς "poisson". Ces deux synonymes seraient donc nés sous des cieux totalement différents. Il en est de même des homologues indo-européens de "viande". Au sujet de mon dernier billet 369, Jean-Pierre Levet m'a fait parvenir son avis:

   Ce que tu dis de l'histoire du mot "viande" est très juste. J'ai cherché l'étymologie du terme sanskrit mâmsa- "viande" et de son correspondant slave mjaso-. Leur sens premier semble être "chair".

   - - - - - -

  La recherche étymologique, dans le cadre scientifique de la Grammaire comparée, est impossible entre indo-européen et aïnou (cf. billets 201-206). Entre les mots dialectaux français, l'analyse de filiation, évidemment facile, pose pourtant des difficultés. On va montrer une occurrence dont le problème est d'autant plus complexe qu'il est délimité. Il s'agit du mot biaude, le dernier qui reste à expliquer des quatre mots dialectaux mis en scène par Bardèche (cargolade, ouillade, comporte, biaude). D'où vient ce mot?

   Jean-Pierre Levet, à qui j'avais demandé son opinion sur cette étymologie, m'a communiqué cet avis juste après la publication du billet 367:

   Le problème étymologique de biaude est complexe. Je cherche dans des ouvrages de dialectologie et je te dirai demain au téléphone ce que j'aurai trouvé (presque rien pour l'instant). En revanche, je connais bien l'objet pour l'avoir vu souvent porté par les participants aux foires de Cosne d'Allier dans mon enfance.  

   Le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse en dix volumes (1982) donne au mot biaude un tout petit commentaire: [bjod] n. f. (fém. de bliaud). Tech. et Trad. pop. Syn. de BLOUSE. Le mot de référence: bliaud se retrouve dans le Dictionnaire du français médiéval de Matsumura Takeshi (DFMM, les Belles Lettres 2015) en forme de blïaut: s.m., tunique ajustée (pour les hommes) : [...] tunique à manche, serrée à la taille par une ceinture (pour les femmes). 

   Cette définition concise est enrichie dans le Grand Larousse à l'entrée: bliaud ou bliaut; n. m. Tunique de dessus, portée par les personnages des deux sexes, du IXe au XIIIe s. (Serré à la taille par une ceinture, le bliaud avait des manches ajustées au poignet pour les hommes, très évasées pour les femmes, surtout vers 1150. Un bliaut de damas blanc de l'empereur germanique Henri II [†en 1024] est conservé à Bamberg.) Commentaire agréable à lire! On y apprend que le bliaut pouvait être de tissu blanc.

   Le Dictionnaire occitan-français de Louis Alibert (Toulouse, IEO, 1966) fournit d'amples ressources dialectales pour l'entrée: biauda f. Blouse, Quer, Syn. blòda, Cent. Étym. obsc. anc. Occ. blial, brial, bliant, blizaut, brizaut. Occ. mod. brisaud, Cent. bisaud, -a, Rgt (Rouergat). Dans le même dictionnaire, à l'entrée blisaud: m. Blouse. Var. brisaud. Étym. inconnue. Cat. brial.

   Le Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes(Simin Palay, CNRS, 1961) nous procure un petit renseignement à l'entrée à écriture félibre: biaùdo (G.); sf. - Blouse (prov. blaudo). Une dernière information, très précieuse, nous est venue de Jean-Pierre Levet, bon connaisseur de l'objet. Elle concernait la couleur de l'objet: il a dit que le vêtement était toujours et partout de couleur bleue (blau, -va, en occitan). (À suivre)

31 janvier 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (3)

Philologie d'Orient et d'Occident (369)

                                         Le 31/01/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (3)

Aiglade (suite) et retour sur cargolade

DSC_0266

Chou frisé par Misao Wada (cousu main)

 

   À propos de quelques hypothèses sur l'étymologie du nom d'un plat de moules: aiglade, éclade, églade, proposées dans le dernier billet (368), l'excellent blogueur Lorgnon Mélancolique (Patrick Corneau, originaire de la Vienne, département voisin de la Charente Maritime), m'a fait part de ses idées.

   Rien à redire aux propos de ton ami Bernard, très connaisseur! Quant à la vertu "égalitaire" de la consommation partagée du plat vantée par Guillaume M., c'est un peu tiré par les cheveux... Mais bon, pourquoi pas. (...) Tout cela me donne une vive "saudade" de ma chère Charente Maritime maintenant noyée dans l'immense et impersonnelle "Nouvelle Aquitaine"... Ainsi vont les réformes administratives, aplanissant tout sur leur passage!

   Oui, mais bon, pourquoi pas, c'est ce qu'on est obligé d'avouer lorsqu'on cherche une étymologie, car, la véritable origine d'un mot est toujours difficile à cerner. L'étymologie (ἐτυμολογία "sens véritable ou primitif d'un mot < "ἔτυμος "vrai" + λέγω "dire"; le composé semble dater seulement du premier siècle av. J. C.) est en réalité une science qui caresse des chimères, car, ce qui est supposé un sens originel n'est souvent qu'une acception attestée à une étape transitoire de l'évolution du mot.

   Qui connaît l'origine du mot viande?  Le mot, désignant d'abord toute espèce d'aliment (lat. pop: vīvenda "ce qui sert à la vie"; fr. médiéval: vïande "nourriture"), a seulement commencé à se spécialiser dans son sens moderne à partir du XVIIe siècle. Où et quand peut-on alors situer l'étymologie de viande "aliment tiré de la chair des animaux"? Si on peut remonter au lat. vivere, ne faudra-t-il pas aller plus loin fouiller l'indo-européen?

   Selon le Dictionnaire aïnou de Suzuko Tamura (Tokyo, 1996), le petit mot aïnou cep "poisson" est constitué de trois étymons: ci "nous exclusif" + e "manger" + pe "chose" (cf. billet 192). Le sens primitif de cep était donc non pas "poisson" mais "ce qu'on mange, nourriture", comme la viande. Ne peut-on donc pas se demander si, à leur tour, ses homologues indo-européens: piscis et ἰχθῦς, sans lien évident entre eux, étaient en réalité constitués de plusieurs étymons comme le poisson aïnou: c(i)-e-p(e)?

    - - - - - - -  

   On a supposé dernièrement que le mot cargolade n'était que forme tronquée (es)cargolade (cf. billet 367). Or, ce qui vient d'être dit à propos de l'étymologie nous amène à envisager une autre hypothèse pour l'aphérèse au premier abord sans histoire.

   Le Dictionnaire Occitan-Français (cf. billet 368) de Louis Alibert dispose d'une entrée : caragòlcargòl  m. Gros escargot. Var. cagaròl, cargau, cagaròt, escagaròt. Cat. cargol. Le nombre des variantes occitanes sans es- (avec es-, il n'y en a qu'une: escagaròt) nous permet de présumer que le préfixe n'était pas présent à l'apparition du mot. On voit, en même temps, que le catalan cargol est la forme la plus proche du vocable dialectal "cargolade" du souvenir de Bardèche, berrichon, qui aurait souvent été en villégiature à Perpignan, pays de son beau frère Brasillach (cf. billet 367).

   L'entrée consacrée au mot escargot dans le Petit Robert (éd. 1993, avec un meilleur commentaire sur ce mot que le grand dictionnaire analogique Robert 1976) est munie de cette analyse: n. m. - 1549; escargol 1393 [escargole au XIVe s. selon Le Robert]; provençal escaragol, ancien provençal caragou, avec influence des dérivés de scarabaeus (⇾ escarbot); p.-ê. croisement du grec kachlax et lat. conchylium. [κάχληξ: caillou; conchylium (bas. lat. coculium, -lia; anc. prov. cogolha, selon Le Robert): coquillage].

   En ancien provençal, le mot était caragou (ou, certainement, caragol). Il me semble évident qu'est apparue seulement à une étape provençale moderne (c'est-à-dire, après caragol en ancien provençal ainsi que cargol en catalan) la forme moderne escargol avec préfixe -es provenant de s(c-). L'analyse étymologique du mot escargot du Petit Robert, très convaincante, me semble tout à fait juste.

   Pour ouillade, moins d'histoire. Le Dictionnaire d'Alibert fournit olada en occitan "potée, contenu d'un pot; légumes pour la soupe". Olada vient de ola, occitan, "marmite, pot en terre" qui remonte au latin classique olla "jarre, marmite". Ouillade est une forme normalement francisée de olada. (À suivre)

 

17 janvier 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (2)

Philologie d'Orient et d'Occident (368)

                                         Le 17/01/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (2)

Aiglade: l'étymologie à la dérive

IMG_0029_2

Coquillages par Misao Wada (cousu main)

   Pour la définition de comporte: Récipient en bois servant à emporter la vendange hors de la vigne (GDEL)..., voici celle de Bardèche: Cuve de bois cerclée de fer servant au transport des raisins au moment des vendanges (cf. billet 367). Dans le Nouveau Dictionnaire français-japonais (Taishû-kan, 1987): comporte: n. f (shûkaku-budô-wo hakobu) oke: Cuve servant au transport des raisins récoltés. Oke est généralement en bois. Dans le Maxipoche 2014 (Larousse), aucune entrée.

   Or, le Dictionnaire occitan-français de Louis Alibert (Toulouse, IEO, 1966) donne à compòrta, dérivé de comportar, la définition: comporte; corbeille à fond mobile servant à transporter le fumier, les pierres, la terre. L'écart est de taille entre cuve et corbeille ainsi qu'entre raisins et fumier (..).

   L'étymologie du mot aiglade est également à la dérive.

   - - - - - -

   Avec Bernard R, médecin à Sorges (Périgord), originaire du Châtelleraudais, St-Gervais-les-trois-clochers, il m'est arrivé, à la fin de l'été 1967, de ramasser ensemble des moules sur une plage de la côte atlantique à St-Georges-de-Didonne, au sud de Royan. Il m'a fait parvenir, après le billet 367, ce courriel à propos de l'étymologie du mot "aiglade / éclade":

   Les moules aux éclats (c'est le terme utilisé) est un plat traditionnel sur la côte charentaise et simple à réaliser. Je l'ai fait une fois sur une plage près de Royan. Il s'agit de cueillir des moules et de ramasser des aiguilles de pin. On dispose les moules (sur leur tranche) sur une grosse planche de bois et on les recouvre d'une bonne couche d'aiguilles de pin. On met ensuite le feu aux aiguilles de pin. Les moules seront ainsi cuites et ouvertes... On les sert ainsi sur la planche de bois.... Le plus délicat est ensuite de les manger avec les doigts car on a les doigts tout noirs..!!!

     (De K. à Bernard.)

   Les moules aux éclats ? Mais quels éclats ? Les éclats de coquilles ? T’as lu mon billet ? Il s’agit là de la façon de préparer, non ? Mais c’est un plat vraiment délicieux !  

    (De Bernard à K.)

    Non! Les coquilles de moules n'éclatent pas. Mais le mot "éclats" fait peut-être référence au craquement du feu très vif qui se fait au moment où brûlent les aiguilles de pin. Vous avez certainement des moules et des pins au Japon. Pourquoi n'essaierais-tu pas ce plat qui est délicieux?  P.S.  J'ai lu ton blog.

    (De K. à Bernard)

    Il semblerait qu’il y ait au moins deux modes de préparation pour l’aiglade. Voici l'aiglade à l’île d’Oléron:

   Ce mode de cuisson, simple et rapide, remplace avantageusement la traditionnelle aiglade que j’avais pratiquée à l’Ile d’Oléron. Cette dernière, plus longue à mettre en œuvre, consiste à cuire des moules, préalablement rangées sur une planche autour de 4 clous de base, en mettant le feu à une épaisse couche d’aiguilles de pins déposée par dessus. (Moules à la plancha, Wiki)

   Et voici ce que dit Guillaume M, professeur d’histoire, syndicaliste, originaire de Marçay, Vivonne (cf. billet 68). Nous nous sommes livrés, voici trente ans, à la préparation du mets à l’île de Ré.

   Merci, c'est très intéressant effectivement. Je ne connaissais pas l'étymologie. Mais quand vous dites que le mot signifie aplanir, ce qui renvoie à la préparation, c'est indéniable, mais n'est-ce pas aussi (je n'ai aucune connaissance en la matière, simplement un constat de dégustation) aplanir et supprimer les différences sociales durant la dégustation, dans la mesure où il n'y a pas de part du riche ni de part du pauvre, il n'y a pas de préséance, ni de privilège. Quand le feu s'éteint, tout le monde mange (et se salit les doigts) "également" ?

   - - - - - - -  

   Cher Bernard, ta préparation (ainsi que celle de l’île d’Oléron) semble consister à ne pas séparer par une tôle les moules et les aiguilles de pin. Nous (c'est-à-dire, à l'île de Ré) on a rangé tout d’abord les moules sur le sol bien nivelé. Ensuite on les a couvertes d'une tôle sur laquelle on mettait des aiguilles de pin. (À suivre)

10 janvier 2017

Quatre mots dialectaux de Bardèche (1)

Philologie d'Orient et d'Occident (367)

                                         Le 10/01/2017    Tokyo   K.

Quatre mots dialectaux de Bardèche (1)

                                        (cf. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01424926)

Biaude, comporte, cargolade, ouillade

DSC_0243

Quatre citrouilles du jardin: Misao Wada (cousu main)

 

   Takeshi Matsumura, auteur du Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres 2015, cf. billet 361) et lauréat du grand prix de la Francophonie 2016 de l'Académie Française, m'a fait part d'un petit passage des Souvenirs de Maurice Bardèche (cf. http://www.lexpress.fr/informations/tres-occupes_605099.html), qui aurait connu une petite Zourabichvili (1929 -), d'une famille notable de Géorgie, l'actuelle Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie Française, qui a remis le prix à notre lexicographe début décembre dernier dans une salle de l'Institut de France.  

   Mon propos n'est pas ici d'éclaircir la nature des liens qui existaient entre la famille Zourabichvili et la famille Bardèche mais tout simplement de réfléchir sur les quatre mots dialectaux mis en scène par le polémiste engagé à l'extrême droite: biaude du Berry, son pays, trois autres: comporte; cargolade; ouillade, du Roussillon où Bardèche avait passé ses vacances avec sa femme Suzanne et son beau-frère Robert Brasillach.

   Voici la signification des quatre mots soulignés par Bardèche, rendue par Grand dictionnaire encyclopédique Larousse 1982 - abréviation GDEL et Dictionnaire du français médiéval Matsumura 2015 - abréviation DFMM.

   *biaude: n. f. (fém. de bliaud) Techn. et Trad. pop. Syn. de BLOUSE (GDEL). Il s'agit du vêtement bouffant de paysan, que Bardèche, lycéen, aurait portée à Bourges.

     blïaut: s. m., tunique ajustée (pour les hommes), - tunique à manche, serrée à la taille par une ceinture (pour les femmes) (DFMM)

   *comporte: n. f. (languedocien comporta; du lat. comportare, porter ensemble). Récipient en bois servant à emporter la vendange hors de la vigne, généralement porté par deux hommes (GDEL). « Cuve de bois cerclée de fer servant au transport des raisins au moment des vendanges » (Bardèche cité par Matsumura).

   *cargolade:«mets fait d’escargots grillés en plein air sur de la braise, traditionnellement accompagnés de tartines d’aïoli» (Bardèche cité par Matsumura)

   *ouillade: n. f.  «soupe aux choux, au lard et aux légumes» (Bardèche cité par Matsumura)  ouillat: n. m. (dér. rég. de oille; du lat. olla, marmite): soupe préparée dans un poêlon en terre (ouille) avec graisse, oignons hachés, ail, bouquet garni et bouillon de haricots, de pois secs ou de fèves; (Cuisine béarnaise) (GDEL)

   L'étymologie des deux mots: comporte et ouillade, est facile à deviner dans les notes du GDEL. Les deux viennent du latin: comporte du verbe comportare "porter ensemble" et ouillade du substantif olla "pot de terre, marmite". On voit aussi aisément que cargolade n'est que forme tronquée (es)cargolade. Je renvoie à un prochain billet l'examen de biaude dont l'étymologie serait obscure et qui résiste bien à mon petit essai d'interprétation.

   Le mot (es)cargolade m’a aussitôt rappelé un mets que j'ai vu préparer, un été que j'ai passé à l'île de Ré, et qu'on y appelait aiglade (églade ; éclade): mets de moules grillées au feu de feuilles de pin.

   La préparation du mets est la suivante: on ramasse d'abord une grande quantité de moules, toujours abondantes aux rivages mouillés de l'île aux marées importantes. On part ensuite chercher dans un bois de pins des aiguilles de pin qui jonchent le sol, bien sèches. Le soir venu, on arrange les moules ramassées sur un terrain soigneusement nivelé avant qu'on les couvre d'une grande plaque de tôle de fer-blanc: 2 mètres carrés. On dispose dessus les aiguilles de pin, en un énorme monceau en forme de pyramide. Il ne reste qu'à enflammer cela. Les feuilles de pin, en se consumant, font des moules sous la tôle un mets savoureux et parfumé.

   Pour l'étymologie du mot aiglade (cf. occ. salada "salade" < salat "salé" < salar "saler" < sal "sel"), qui m'a longtemps intrigué, Takeshi Matsumura m'a donné quelques informations par courriel: l'étymologie de aiglade, éclade, églade ne semble pas assurée. On a une leçon de Höfler et Rézeau (Manfred Höfler et Pierre Rézeau, Variétés géographiques du français. L'Art culinaire, Paris, Klincksieck, 1997, p. 78), selon laquelle, si le mot est lié avec le verbe egya (poitevin-saintongeais) "répartir, arranger, disposer" il pourra remonter au latin aequare «aplanir, niveler, égaliser».

   Mon lecteur francophone, même si vous n'êtes pas attentif, vous ne manquerez pas de remarquer que la clé de l'étymologie de "aiglade" n'est pas dans le menu mais dans sa préparation. (À suivre)

20 décembre 2016

Ne pas se fier à Platon pour lire Homère (5)

Philologie d'Orient et d'Occident  (366)

                                         Le 20/12/2016    Tokyo    Kudo

Il ne faut pas se fier à Platon pour lire Homère (5)

L'enclise et le hiatus

DSC_0247

Magnolia par Misao Wada (cousu main)

     Peu versé dans la scansion, je l'étais encore moins dans les règles d'accents. Les termes tels: paroxyton, proparoxyton, périspomène m'ont été longtemps étrangers. J'essaie donc dans ce billet de m'instruire sur les bases de l'accentuation en grec ancien. Des vers du 401 au 500 du chant XVI de l'Iliade se dégagent çà et là quatre mots portant deux accents dont le second n'est pas noté dans le dictionnaire. Ce sont:

  Τληπόλε/μόν τε Δα/μαστορί/δην Ἐχί/ον τε Πύ/ριν τε  (v. 416) (< Τληπόλεμος. nom propre)

  Ἥρην/ δὲ προσέ/ειπε κα/σιγνή/την λο/χόν τε· (v. 432)          (< ἄλοχος "épouse")

  πέμπειν/ μιν θάνα/τόν τε φέ/ρειν καὶ/ νήδυμον/ ὕπνον (v. 454) (< θάνατος "mort")

  ἔνθά ἑ/ ταρχύ/σουσι κα/σίγνη/τοί τε ἔ/ται τε  (v. 456)            (< κασίγνητος "frère")

   Tout d'abord j'ai cru qu'il s'agissait d'une question de scansion : le temps fort exigerait le second accent aigu. Mon idée a été aussitôt infirmée par les derniers pieds des vers 416 (Πύ/ριν τε) et 456 (ἔ/ται τε) par rapport au vers 432 (ἄλο/χόν τε). Alors c'est toujours Jean-Pierre Levet, l'incomparable helléniste, qui vient me porter secours:

   « Les quatre mots qui t'intéressent ont tous un accent propre sur l'antépénultième, ce sont des proparoxytons. Lorsque de tels mots sont suivis d'un enclitique monosyllabique, en l'occurrence τε, ils reçoivent un second accent, un aigu sur la finale, appelé accent d'enclise, qui est lié à la présence de l'enclitique atone. » 

   Le grec avait horreur de la succession de plus de trois brèves sans accent: πέμπειν θάνατον; mais avec τε l'enclitique, on a: πέμπειν θάνατόν τε. Car, si -τον reste inaccentué, on aura trois temps sans accent: θά-να-τον τε.

   Le phénomène ne se rencontre pas seulement dans la langue épique d'Homère mais aussi dans la prose de Platon: δίκαιόν που, λέγεταί γε  (Émile Chambry, La République X, Les Belles Letttres, 1982, p. 90) ; ἀλόγιστόν τε, φρόνιμόν τε (ibid., p. 99).

   L'accent, qui se place en comptant les syllabes à rebours, à partir de la dernière, ne peut remonter au delà de trois brèves: ἀ(4)-θά(3)-να(2)-θος(1) "immortel". Dans la conjugaison, l'accent remonte le plus haut possible, c'est-à-dire jusqu'au 3e temps. Pour παιδεύω, « on part de *eu (diphtongue) suivie de la désinence de la première personne du singulier, la longue ω (<*o-H2). Une longue valant deux brèves, l'accent ne peut donc remonter au-delà de eu » (Jean-Pierre Levet). On voit que l'accent est la cheville ouvrière de la conjugaison.

   Voici une autre difficulté, cette fois, de métrique, dont la solution contient de précieux enseignements. Il s'agit du vers 404 du chant XVI de l'Iliade:

     ἡνία/ ἠΐχ/θησαν· ὁ/ δ᾽ ἔγχεϊ/ νύξε πα/ραστὰς

     "Les rênes se laissèrent choir. Alors lui, approchant, frappa"

   M. Tanaka, qui excelle à bien scander (cf. fin du billet 278), s'est justement interrogé pourquoi ἡνία se trouvait en hiatus avec ἠΐχ-... On était convenu de voir dans ἡνία non pas un singulier du féminin (car le verbe ἠΐχθησαν "tombèrent" est au pluriel), mais un pluriel du neutre de ἡνίον. Alors, -α de ἡνία devait être bref. Or, α bref (+ η) devient normalement α long ou doit s'élider. Mais ce n'est pas le cas ici. Et alors ? Voici la réponse de Jean-Pierre Levet:

   Il faut scander ἡνία comme un dactyle [∪∪], donc l'alpha doit être bref. Un alpha bref d'origine, ce qui serait le cas si l'on était en présence du pluriel du neutre ἡνίον, devant la voyelle e longue initiale du mot suivant devrait s'élider, on aurait donc ἡνί', si bien que le vers serait faux. La présence d'un digamma devant ἠΐχθησαν est impossible, quelle que soit l'étymologie retenue, donc la voyelle α est bien en hiatus réel au temps faible d'un pied. Il ne peut donc s'agir que d'une voyelle longue abrégée (toute longue en hiatus au temps faible d'un pied s'abrège; dans la même position, toute brève s'élide). Le nominatif singulier ne convient pas, puisque l'accord verbal se fait au pluriel.

   Dès lors une seule possibilité demeure : faire de ἡνία, avec un α long [< αε] s'abrégeant métriquement, un duel (la finale du duel [ā] est issue de la contraction d'une séquence *αε). L'accord entre un nom au duel et un verbe au pluriel est fréquent chez Homère, il prouve que le duel tendait à être considéré comme une sorte de pluriel.

   L'hiatus ἡνίă ἠΐχ- venait donc de: ἡνίă(ε +ἠΐχ-). On n'aurait pas trouvé cette belle énigme dans la prose non rimée de Platon. (Fin pour ce thème)     

   Joyeux Noël et Bonne Année!

Posté par Xerxes5301 à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,